Dossier Game of Thrones
-A +A

#4 Les inspirations antiques de Game of Thrones

 
00:00

On retrouve plusieurs types d'inspirations empruntées à l'Antiquité dans la série - personnages, lieux, décors. L’intérêt de prendre ces sources d’inspiration diverses mais en particulier de l’empire romain, c'est de donner une épaisseur temporelle à la fiction, de l'inscrire dans un imaginaire collectif et partagé. 

 

Inspiration n°1 : le mur d'Hadrien 

Il s'agit d'une inspiration tout à fait directe et assumée par Georges Martin, il en a parlé, il l’a écrit : le Mur, "The Wall" dans la série, sépare la civilisation de la barbarie, l’humanité du reste du monde. Cet élément central de l'intrigue s'inpire directement du mur d’Hadrien, qui sépare l’Angleterre de l’Ecosse aujourd’hui, et dont il reste un vestige archéologique important. Ce mur a été construit par l'empereur Hadrien au 2e siècle après JC. Il mesurait alors 5 mètres de haut sur 118 km de long. Grâce à un phénomène d'amplification épique, Georges Martin en a fait "The Wall", un mur de 200 mètres de haut fait de glace, sensé protéger le monde des marcheurs blancs.

Inspiration n° 2 : les décors 

Il y a des détails du décor qui sont empruntés à l’Antiquité - au sens très large aussi bien l’Antiquité romaine que l’Antiquité grecque, éventuellement de l’Orient babylonien ou de l’Égypte. On peut prendre plusieurs exemples, comme la tour de la Citadelle qui renferme une bibliothèque étonnante, largement inspirée du Phare d'Alexandrie (et de la bibliothèque d'Alexandrie, telle qu'on se l'imagine), ou le colosse de Braavos, qui ressemble trait pour trait aux illustrations du colosse de Rhodes. 

Autre exemple: dans le décor du lupanar de Littlefinger dans la série, on voit au mur une scène de peinture érotique. Il s'agit de la reproduction directe d’une fresque pompéienne bien connue qui vient de la Maison du centenaire. 

Enfin, dans l'un des épisodes, Tyrion boit du vin dans une coupe ouvragée en or, qui est une reproduction d’un vase mycéenien, beaucoup plus ancien, grec, du 2e millénaire avant JC. 

Inspiration n°3 : les personnages 

L’histoire romaine est riche de caractères hauts en couleur, de personnages tout à fait passionnants en ce qui concerne les jeux de pouvoir et les relations familiales, notamment avec l’exemple des Julio-Claudiens, ces empereurs qui vont de César à Néron.

Et il y a donc beaucoup d’allusions dans les séries, plus ou mois évidentes, plus ou moins directes à ces personnages. 

C'est tout à fait frappant de façon iconographique avec le personnage de Joffey Baratheon qui est tout à fait semblable à un portrait de l'empereur Caligula. Cette ressemblance n'est pas seulement physique, elle se retrouve aussi dans le caractère, tel qu'il a été dépeint par les historiographes de Caligula. Tout comme Joffrey Baratheon, cet empereur est arrivé relativement jeune au pouvoir et a grandi en sachant qu'il allait devenir empereur. Il  était le stéréotype parfait du tyran, avec tous ses défauts, tous ses écarts.

Les descriptions que l’on a par Suétone et par des historiens de l’Antiquité en font un jeune homme qui ne sait pas quoi faire de son pouvoir et qui en abuse à tous les niveaux, aussi bien politiques que sexuels. On lui prête notamment une relation incestueuse avec sa sœur Drusilla. Tous ces éléments sont des stéréotypes : historiquement ce n’est pas du tout garanti. Mais comme l’histoire l’a décrit comme tel, c’est cela qui se passe dans la série et dans l’imaginaire populaire.  

Autre exemple : le personnage de Jon Snow, qui est un parfait mélange entre Jules César et Jésus. Le côté Césarien se voit en particulier dans son assassinat, quand il se fait tuer par ses frères d’armes, et en particulier par Olly, qui est son petit protégé et qui fait figure de Brutus assassinant le chef, le père. Le côté Jésus, lui, ressort avec sa mort et sa renaissance, et une scénographie qui colle parfaitement à ce personnage historique :  l'acteur qui incarne Jon Snow, avec sa barbe et ses cheveux longs, ressemble d'ailleurs à Jésus, tel qu’on l'imagine et tel qu'il a été representé tout au long de l’histoire, en particulier depuis la Renaissance. 

Le personnage de Daenerys est lui aussi inspiré d'un personnage antique : Bouddica, une reine bretonne qui s'est levée contre la domination romaine au 1er siècle après JC. Elle est décrite par Cassius Dion comme une reine à la longue chevelure blonde, qui haranguait ses armées et possédait un caractère de guerrier. 

Beaucoup d’autres personnages empruntent des éléments de caractère à l’Antiquité romaine, en particulier à cet univers de Julio-Claudiens : par exemple, Cersei qui a des accents d’Agrippine, cette femme prête à tout pour arriver au pouvoir notamment en mettant ses enfants au pouvoir, Tyrion, qui ressemble à Claude, un empereur boiteux et infirme mais fort intelligent, ou encore Viserys Targaryen mort comme de la même façon que Crassus, tué par les parthes qui lui ont fondu de l’or sur la tête. 

Toutes ces références conscientes ou inconscientes à l’Antiquité et en particulier à l’Antiquité romaine puisent dans un imagianire collectif construit partagé qui garantissent le succès de la série. 

 

Laboratoire

Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques

L’UMR 8210 ANHIMA (Anthropologie et Histoire des Mondes Antiques), créée le 1er janvier 2010, est née de la fusion de trois équipes préexistantes : le Centre Louis Gernet - Recherches comparées sur les sociétés anciennes (ex-UMR 8567, CNRS / EHESS...