-A +A

Laboratoire de recherches sur les cultures anglophones (LARCA)

LARCA - UMR 8225
Tutelles >
Université Paris Diderot
UFR de rattachement >
UFR Études Anglophones
Label unité >
UMR

Présentation

Né de la fusion des équipes de SIECLE (Secteur Interdisciplinaire d’Etude sur les Civilisations et Littératures anglophones) et du CIRNA (Centre Interdisciplinaire de Recherches Nord-Américaines), le LARCA regroupe 50 chercheurs et 50 doctorants dans le domaine des études anglaises et nord-américaines. Avec ses multiples centres de recherche et ses axes de recherche originaux, le LARCA est l’équipe la plus importante en France dans le domaine des études anglophones.

Les liens et le rayonnement internationaux des groupes de recherche placent de même ce laboratoire au tout premier plan en Europe. Le LARCA développe notamment des partenariats internationaux avec des laboratoires et des universités d’Europe et d’Amérique du Nord grâce, entre autres, à la mise en place de joint masters programs (Boston College, iessen) ainsi que dans le cadre du réseau européen European Cluster for American Studies (qui regroupe les universités de Berlin, Munich, Amsterdam, Nottingham, Leeds, Turin, Vercelli, Bâle, Odense (Danemark), Venise, Orléans).   Par ailleurs, le LARCA se félicite des nombreuses collaborations étroites établies avec des institutions culturelles non-universitaires telles que des musées (Louvre, Smithsonian Institution, Yale Center for British Art, Musée d’art américain de Giverny), dans le cadre de ses activités de recherche sur l’image dans le monde anglophone.  Grâce à cette richesse humaine et scientifique, le LARCA ambitionne d’être un foyer européen de la recherche et de la réflexion sur les sociétés anglophones, selon une perspective ancrée dans l'histoire culturelle.

Thèmes de recherche

Quatre axes et thèmes transverses

AXES

Cultures visuelles anglophones : histoires, pratiques, théories

Le domaine des arts visuels - cinéma, peinture, photographie, médias - est présent depuis les années 1970 dans le paysage des études anglophones à Paris Diderot-Paris 7. Il s’est élargi depuis les années 2000 à des approches transversales du visuel dans la langue anglaise, les textes, l’histoire, les pratiques littéraires et culturelles de l’aire anglophone, ainsi que les théorisations anglophones de la culture, de l’idéologie et du visuel (cultural studies, visual studies, cultural theory). Suivant la recommandation de l’AERES en 2008, ce domaine a été renforcé dans le domaine de l’image mobile et contemporaine, d’abord en 2008 par le recrutement d’un MCF spécialiste de la fiction télévisée et, en 2012, par le recrutement d’un PR en études visuelles anglophones, spécialiste de cinéma, image et création contemporains.
       
L’axe thématique désormais identifié « Cultures visuelles anglophones : histoires, pratiques, théories » (CVA) s’inscrit dans la continuité de l’axe « Arts visuels » du contrat précédent tout en prenant acte clairement de cette évolution. Il vise à développer une dynamique de recherche et de formation transversale, trans-aréale, combinant les approches matérialiste, formaliste et théorique dans l’histoire des images et du visuel de langue anglaise du XVIIe au XXIe siècle.
 

Histoire du politique dans les mondes anglophones

Depuis 2009-2010, les civilisationnistes britannistes et américanistes renforcent leurs coopérations autour d’un nouvel axe, « Histoire du politique dans les mondes anglophones ». Le choix de constituer cet axe s’est fait en lien avec la réorganisation de la formation de Master et la création de la spécialité « Civilisations anglophones ». L’objectif est ainsi de privilégier des coopérations autour de choix théoriques et méthodologiques plutôt que géographiques : l’espace atlantique est vu comme un lien et non comme une séparation ; les mouvements politiques et les cultures sont examinés dans la longue durée, dans la perspective d’une histoire commune de transferts et d’échanges.
 
Le nom « Histoire du politique » ne renvoie ni à l’Histoire politique au sens traditionnel ni à une Science politique comme savoir sur les pratiques de gouvernement. L’objectif est au contraire de sortir des grands récits de la nation et de l’Etat et de proposer un terrain d’analyse pour une approche transnationale des circulations. Les membres de l’axe envisagent le politique comme la confrontation, la discussion et les actions d’individus et de collectivités. Ils abordent ces questions à travers des approches variées, qu’elles passent par l’histoire sociale (y compris des migrations et du genre), l’histoire culturelle, l’histoire des relations internationales, voire l’histoire de la mise en images du politique. L’axe étudiera aussi naturellement l’histoire des commémorations que les relations inter-ethniques ou la place des représentations et de la production des identités. Nous viserons ainsi un renouveau de l’histoire politique qui l’ouvre largement aux apports des autres disciplines.
 

Lumières et modernité

Le projet « Lumières et modernité » réunit 13 spécialistes (8 PR, 5 MCF) de la Grande-Bretagne et de l'Amérique du Nord, mais aussi des îles Caraïbes dans leurs relations avec le monde atlantique. Ces chercheurs travaillent à partir de textes, d'images et d'artefacts qui mêlent littérature, peinture, histoire politique et sociale, histoire intellectuelle, économie, médecine et culture matérielle.
         
Ces différentes perspectives disciplinaires se rencontrent sur une période commune : le long XVIIIe siècle anglophone (1660-1815) qui intègre des modes de pensée antagonistes et souvent contradictoires, comme en témoignent les nombreux débats et controverses qui secouent les sphères politiques, intellectuelles et scientifiques. C’est cette zone de débats, productrice de la modernité occidentale, et toujours présente dans nos sociétés mondialisées, que nous associons au terme « Lumières ».
 

Frontières du littéraire

L’évolution des recherches au LARCA mène aujourd’hui lieu à une interrogation commune sur ce que nous proposons d’appeler les frontières du littéraire. Cette interrogation naît de perspectives et de contextes complémentaires, en ce qu’elle est à la fois temporelle (l’extrême contemporain pour l’ODELA et le long XXe siècle pour « Imaginaires Contemporains », les rémanences du XIXe siècle pour Victorian Persistence),aréale (p. ex., l’espace précolonial et colonial ainsi que ses incidences sur le postcolonial pour « Constructions de l’Orient »), formelle (l’interaction entre savoir/pensée et formes de la fiction pour « L’Atelier Dix-Neuvième »), et modale (les liens avec la traduction, la culture matérielle, l’adaptation visuelle et poétique).
 
Pour l’ensemble des membres de l’équipe, un tel questionnement provient également d’une réflexion institutionnelle commune sur ce que l’on entend par « littérature », et ce que l’on enseigne aujourd’hui sous cette étiquette dans une UFR d’études anglophones

TRAVERSES

Conservatismes en mouvement

Si dans les années 1990, le conservatisme était encore « l’orphelin » de l’histoire politique et sociale, ce n’est plus le cas aujourd’hui. Les historiens sont aujourd’hui convaincus de ce que la contestation conservatrice peut servir de fil rouge à une relecture de l’histoire politique après 1945. Néanmoins cette relecture est essentiellement menée dans l’espace du cadre national, en contradiction avec le caractère global de la révolution néo-libérale. Il convient désormais de changer d’échelle, et de poursuivre l’étude des mouvements conservateurs dans une perspective comparée et transnationale. A cet effet, un groupe au sein du LARCA ainsi qu’un réseau de chercheurs internationaux ont été constitué.

Imaginaires contemporains: Actualités des productions culturelles (domaine anglo-américain, XXe-XXIe siècles)

« Imaginaires contemporains » revendique un corpus ouvert portant sur la période inaugurée par le Modernisme et qui inclut la production la plus contemporaine : littérature, cinéma, théâtre, arts visuels, danse, etc., qui interroge les hiérarchies culturelles : de l’histoire des formes de la modernité littéraire et esthétique à l’analyse des pratiques culturelles, de l’économie de la culture, aux études culturelles et à l’histoire des théories culturelles. Si les New Modernist Studies ont accompli ce travail depuis de nombreuses années dans le domaine du modernisme littéraire, il reste encore à interroger, sur une période plus longue, la manière dont la culture d’élite, comme la culture populaire, sont entrées en résonance avec les mutations sociétales, mais aussi les diverses expériences historiques de la limite qui ont caractérisé le XXe siècle : guerres mondiales, mutations économiques, mutations technologiques, massification des pratiques culturelles. 

Littérature britannique et Orient

L’Orientalisme a pendant longtemps paru commencer avec le 19e siècle et la naissance des empires coloniaux. Mais une étude plus fine des textes et de la circulation des idées permet d’établir qu’il n’en fut rien, et que, depuis l’Antiquité jusqu’à la fin du 18e siècle, l’Occident fut le lieu d’une réception curieuse - parfois fascinée - d’un Orient plus ou moins fantasmatique, plus ou moins savant, dont les principaux ‘moments’ de réception en Angleterre incluent la Renaissance, l’époque des Lumières et le Romantisme. Notre traverse a pour objet l’étude tant littéraire qu’historique de cet Orient ‘pré-orientaliste’ et ‘proto-orientaliste’ trop souvent délaissé par la critique saïdienne. Nos travaux s’articulent autour du séminaire de recherche mensuel ‘Construction de l’Orient’ et d’autres manifestations régulières, comme la série de colloques Eastern Resonances / Résonances orientales prévus en 2013, en partenariat avec l’Institut de Recherches sur la Renaissance, l’Âge Classique et les Lumières (UMR 5186 du CNRS, Université de Montpellier 3).

Les liens et le rayonnement internationaux des groupes de recherche placent de même ce laboratoire au tout premier plan en Europe. Grâce à cette richesse humaine et scientifique, le LARCA ambitionne d’être un foyer européen de la recherche et de la réflexion sur les sociétés anglophones, selon une perspective ancrée dans l'histoire culturelle.

Publications

Autres contacts

UFR Etudes Anglophones

Olympe-de-Gouges                    

8 place Paul-Ricoeur

75013 PARIS

Localisation

8 place Paul-Ricoeur U.F.R. Etudes Anglophones
75013 PARIS
France
Domaines de recherche >
Compétences >